TPE/PME : comment faire face aux difficultés de trésorerie ?

Si plus d’un quart des entreprises rencontrent des problèmes de liquidités, ce sont surtout les TPE et PME de moins de vingt salariés qui voient leur trésorerie profondément affectée, notamment en raison des retards de paiement. Malgré la Loi de Modernisation de l’Économie de 2008, qui fixe les délais de règlement à 45 jours fin de mois ou 60 jours nets (soit à compter de la date d’émission de la facture), ceux-ci sont en effet bien souvent dépassés. Il existe cependant des solutions de financement pour prévenir les périodes de creux dans la trésorerie et pour limiter leur durée.

Anticiper en prévoyant le financement de la trésorerie

Toute entreprise doit faire face à des frais et acquérir des stocks avant d’être réglée par ses clients, qui exigent parfois des délais de paiement (ou « crédits-clients »). Elle doit donc de son côté négocier avec ses fournisseurs des « crédits-fournisseurs ». Ces décalages nécessitent que l’entreprise soit particulièrement vigilante afin d’éviter les trous de trésorerie. Pour ce faire, il est capital d’établir pour chaque poste (stocks, clients et fournisseurs) un plan de financement de trésorerie qui récapitulera tous les encaissements et décaissements pour l’année à venir, en tenant compte des décalages de paiements mais également des échéances fixes telles que la date de versement des salaires, le règlement des charges, de la TVA, etc.

Accroître la liquidité

La solution la plus efficace en termes de financement de la trésorerie consiste bien évidemment à limiter les dépenses et à récupérer des liquidités. Pour ce faire, plusieurs axes sont à envisager :

  • Le « poste client » : Il est impératif de se concentrer sur les clients les plus rentables et de privilégier les bons payeurs.
  • Les actifs improductifs : Vendre les actifs improductifs permet aux entreprises de lever des fonds.
  • L’affacturage : Cette solution consiste à faire appel à une société de financement spécialisée qui achète les créances de l’entreprise et prend en charge la gestion des relances clients jusqu’au recouvrement.
  • La banque : Plusieurs démarches effectuées auprès de la banque peuvent aider les entreprises à augmenter leur trésorerie :
    • effectuer une demande de découvert ou de ligne de crédit sur une période donnée afin de compléter le financement d’un fond de roulement insuffisant ;
    • en cas de refus, envisager un escompte bancaire, qui sera plus facilement accordé. Cette forme de crédit à court terme constitue une réponse intéressante au problème du décalage de trésorerie.
    • céder à la banque les factures en attente de paiement, de sorte qu’elle devienne créancière de leur montant à la place de l’entreprise. Appelée cession Dailly, cette opération s’effectue très simplement, en remettant à l’établissement bancaire un bordereau listant les créances cédées.
    • envisager le bootstrap, c’est à dire une demande de prêt personnel, que les banques accordent généralement plus volontiers que les crédits bancaires professionnels.