Assurance recouvrement ou assurance-crédit

Objet de l’assurance-crédit

Lorsqu’une entreprise vend une marchandise ou une prestation à un client, elle le fait généralement à crédit puisque le client paie le plus souvent en différé. Le risque pour le chef d’entreprise est celui de ne pas être payé ou de l’être en retard. Il peut s’en prémunir en faisant assurer ce crédit par une société d’assurance-crédit.

L’assurance-crédit est donc une assurance recouvrement qui garantit les entreprises contre les risques de défaut de paiement des clients. En cas d’impayé, la compagnie d’assurance-crédit se substitue au client et rembourse à l’entreprise un pourcentage de la créance.

Elle s’applique aux transactions commerciales sur le marché français comme au plan international.

Les entreprises d’assurance-crédit qui se partagent le marché sont :

  • Euler Hermès.
  • Atradius.
  • Coface, filiale de Natixis.
  • SA Ducroire.
  • Axa Assurcrédit.
  • Groupama Assurance-Crédit.

Ce que propose l’assurance-crédit

L’assurance-crédit a donc pour objectif de sécuriser votre poste client à travers trois procédures complémentaires :

  • Sélection des clients, étude de fiabilité et surveillance

L’entreprise soumet des clients ou des prospects à l’assureur-crédit et négocie pour chacun des montants de couverture. L’assureur-crédit évalue le risque : solvabilité des clients, fiabilité… et peut décider d’accepter de les garantir, ou alors définir un montant maximal de couverture, ou enfin refuser de les couvrir.
Les compagnies d’assurance se chargent également de surveiller l’évolution des clients auxquels elles ont accordé un agrément. Le moindre incident est immédiatement connu.

  • Contentieux et recouvrement de créances

En cas d’incident, les entreprises ont 2 à 4 mois après la première échéance impayée pour confier le dossier à l’assureur-crédit. Celui-ci est alors subrogé dans les droits de l’assuré, c’est-à-dire agit à sa place, et peut mettre en œuvre toutes les procédures possibles : amiables, judiciaires… afin de récupérer la créance commerciale pour son compte.

La compagnie d’assurance a tout intérêt à récupérer une créance garantie plutôt que de l’indemniser, ce qui est garant de la grande efficacité de ses actions de recouvrement.

  • Indemnisation des factures impayées

En cas d’irrécouvrabilité de la créance et au terme d’un délai de carence de 3 à 6 mois à compter de la déclaration et de la remise du dossier en sinistre, l’assureur-crédit procède à l’indemnisation sur la base d’un pourcentage fixé par contrat (de 60 à 90 %) et de la couverture négociée. De cette façon les impayés ne pèsent pas sur la trésorerie des entreprises.

L’importance de l’assurance-crédit dans le commerce international

De plus en plus d’entreprises françaises, des grandes mais aussi des PME/PMI, travaillent à l’international. Pour gérer le risque client lié aux transactions commerciales avec des pays étrangers et notamment le risque politique, beaucoup font appel à l’assurance-crédit.

Le coût de l’assurance-crédit

L’assurance-crédit a été considérée pendant longtemps comme coûteuse, donc réservée à de grosses sociétés. Aujourd’hui les compagnies d’assurance proposent des prestations sur mesure, dont le coût est calculé au cas par cas. Des produits forfaitaires sont également proposés.

La prime d’un contrat d’assurance-crédit est calculée à partir du chiffre d’affaires assurable auquel un taux est appliqué (ce taux dépend de la nature du risque).
Ce mode de calcul soumet la prime aux fluctuations du chiffre d’affaires.